Sabine Boulad (photo originelle

Accueil Concepts et objectifs Rôle de l’Agence

Vigie alerte

Un établissement public dédié à la protection de la mer

L’Agence des aires marines protégées est un établissement public récent créé par la loi du 14 avril 2006 et sous tutelle du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des transports et du Logement. En appui aux politiques publiques en matière de création et de gestion des aires marines protégées, l’Agence travaille à différentes échelles et sur différents territoires à partir, notamment, d’un outil phare : le Parc naturel marin.

 

Un des axes forts qui a présidé au travail de l’Agence depuis son installation à Brest en 2007 est la stratégie nationale de création d’aires marines protégées, adoptée le 20 Novembre 2007. Cette stratégie repose sur différents postulats dont l’affirmation d’une démarche de gouvernance partagée et participative associant les acteurs de la frange marine et littorale.

 

L’Agence a un mandat clair pour accroître la connaissance du milieu marin. Partant de la maxime « mieux connaître pour mieux protéger », l’Agence a accompagné ou mis en place, souvent en partenariat avec d’autres établissements ou structures, un certain nombre de projets ou programmes relatifs à l’acquisition de connaissances et de données.

 
Les sciences participatives : une opportunité à accompagner

2009, Grenelle de la mer, 2010, année de la biodiversité… il s’est opéré ces deux dernières années une véritable convergence des regards sur le milieu marin. Cet intérêt constitue une véritable opportunité pour tous les acteurs intéressés par l’écologie, la biodiversité et l’éducation à l’environnement.

 

Depuis de nombreuses années, des plongeurs, des organismes de plongée et des associations se mobilisent pour observer le monde sous-marin et en rapporter les évolutions. Ce type de contribution a fait l’objet de résultats probants et de nombreuses initiatives continuent d’être menées sur les littoraux de France métropolitaine et d’outre-mer. Pour autant, il s’agit ici d’une dynamique qui peut être largement étendue et déployée si l’on s’en donne les moyens, en suscitant notamment un intérêt commun pour les sciences participatives appliquées au monde marin.

C’est donc à ce titre que l’Agence des aires marines protégées a souhaité se saisir de cette question en favorisant un réseau d’observateurs sous-marins à différentes échelles et en renforçant la chaîne de transmission de l’information : du plongeur individuel motivé (scaphandre ou libre) au système de référencement général de la biodiversité (Observatoire national de la biodiversité) via le SINP-mer et les serveurs de données associés, c’est l’ensemble du processus d’acquisition et de traitement des données qui doit gagner en lisibilité pour conforter l’intérêt de ces démarches bénévoles !

C’est donc tout naturellement que les mots-clés « partenariat », « réseau », « animation » définissent toutes les lignes directrices de ce projet, l’Agence ne pouvant être seule à bâtir cette démarche et aboutir aux résultats escomptés.




arrow Fiche technique "Sciences participatives et SINP Mer"

 


Les actus du site